Projet encadré par Thierry MEYRE, Valérie LACHAMBRE et Christel MICHELI

 

1- Présentation du projet « élève ton blob »

Par Colin PAILLAUD et Pierre LEGRAND-SANSSE

 

Dans le cadre du projet « #eleve ton Blob », 2000 classes ont été invitées à participer avec le spationaute Thomas PESQUET à une expérience avec un drôle de créature : le Blob ou Physarum polycephalum dont nous avons reçu quelques exemplaires en septembre 2021 au lycée sous forme de sclérotes.

 

Un projet en liaison avec l’espace …

 

Notre projet était donc en lien avec Thomas PESQUET qui a réalisé le projet alpha à bord de la Station Spatiale Internationale (ISS). Il a réalisé les mêmes expériences que nous mais en micropesanteur.

 

Un but commun

 

  • Étudier le comportement du Blob (sur Terre/espace) en présence ou pas de source de nourriture

  • Communiquer les résultats

  • Comparer nos résultats avec ceux obtenus par Thomas PESQUET

 

2 types d’expériences ont été menés :

 

Expérience 1 :

 

On teste en parallèle l’attitude de Blobs endormis (= sclérotes) placés dans une boite de pétri puis nous les hydratons. Aucune source de nourriture n’est placée dans la boîte mais seulement de la gélose et de l’eau. Cette expérience a été appelée expérience d’exploration.

 

Expérience 2 :

 

On teste l’attitude de Blobs qui ont à leur disposition 4 sources de nourriture identiques (4 flocons d’avoine) disposés en périphérie de la boîte à égale distance du Blob. Cette expérience a été appelée expérience d’exploitation.

 

  • Du 11 au 17 octobre, nous avons réalisé des prises de vue toutes les heures (ou presque) pendant ces 5 jours … sauf la nuit ... pour des raisons pratiques.

  • À partir des photographies obtenues, nous avons réalisé diverses mesures à l’aide d’un logiciel informatique : taille du Blob, surface occupée par le Blob à la recherche de nourriture, repérage de son sens de déplacement… puis nous avons complété un fichier Excel que nous avons envoyé à Audrey DUSSAUTOUR, spécialiste du blob, à Toulouse.

    Audrey DUSSAUTOUR montrant la boîte utilisé dans l’ISS : on voit le blob au centre et les flocons d’avoine autour.

            Photo : compte Facebook d’Audrey DUSSAUTOUR

 

Comparaison avec Thomas PESQUET

Nous avons alors pu comparer nos observations grâce aux photos et vidéos des résultats obtenus dans l’ISS.

 

 

2- Qu'est-ce qu’un BLOB ?

Par Clémentine LUCHE et Alizée LÉVIGNAC

Le Physarum polycephalum, de son nom scientifique, se nourrit comme un animal, vit dans le noir et se développe et se reproduit comme un champignon. Cependant il ne peut être classé ni dans les plantes, ni dans les champignons, ni dans les animaux. Il est capable d’actions extraordinaires, il repère sa nourriture, il est capable d’apprendre, et même de résoudre des énigmes. Pourtant il est dépourvu d’un cerveau, de bouche, d’œil. Il ne possède pas non plus de pattes mais peut se déplacer en étirant sa membrane. C’est une cellule géante contenant une multitude de noyaux.

Il vit dans des milieux humides et noirs. Quand son environnement n’est plus favorable, il rentre en état de dormance et forme un sclérote (qui est son mode de conservation) jusqu’à ce que son environnement soit de nouveau favorable à sa survie.

Il fut découvert dans un jardin au Texas par Marie HARRIS en 1973. Un matin, elle le voit et elle le décrit « comme mousseux, crémeux, jaune pâle, similaire à une omelette et pas plus gros qu’un cookie ». Elle ne s'inquiète pas plus car elle pensait que c’était un champignon or deux semaines après elle se rend compte qu’il grandit de façon inquiétante. Elle décide alors de s’en occuper en le dispersant dans son jardin puis en le frappant à coup de bâton, puis avec de l’herbicide. Toutes ces tentatives échouent alors elle appelle la police qui inonda et fusilla le blob qui continua de résister. Subitement il disparaît sans laisser aucune trace. Les gens ont pensé à une présence extraterrestre car les Américains étaient encore marqués par l’affaire Roswell. Le blob doit son nom au film de Irvin S. Yeaworth Jr.

Le blob en état de dormance (forme appelée sclérote)

Source: https://adopteunblob.fr/transformez-votre-physarum-polycephalum-en-sclerote

On peut voir le blob dans la nature sous cette forme.

Source: https://www.estrepublicain.fr/science-et-technologie/2021/10/21/tout-savoir-sur-l-etonnant-blob-qui-fascine-les-scientifiques

Le blob troupar Marie HARRIS ressemblait à ça.

Source : https://www.franceculture.fr/conferences/palais-de-la-decouverte-et-cite-des-sciences-et-de-lindustrie/le-blob-cellule-geante-sans-cerveau-qui-apprend

 

3- Un résumé de notre expérience d’exploration

 

Par Titahina GUIBOT et Samuel VILLAUME

 

Lors de cette expérience le Blob a été placé dans une boîte de pétri à l’abri dans l’obscurité dans une salle de classe. À chaque heure, des élèves de 3 classes de seconde (2nde 4,5 et 7) prenaient en photo l’évolution du blob dans sa boîte. Résumons ici les principales étapes observées sur une des boîtes (sachant que la même expérience était réalisée pour les 3 classes mais que l’une d’entre elles n’a pas donné de résultats probants)

 

A- Réveil du Blob :

Le Blob humidifié se réveille et commence à peine à s’étendre en recherche de nourriture.

Le 11/10 à 11h03, soit 3h après le début de l’expérience

 

B- Blob en exploration de nourriture :

Le Blob émet des prolongements (= pseudopodes) et se déplace jusqu’au bord de la boîte de pétri en quête de nourriture.

Le 12/10 à 10h.

 

C- Blob en endormissement :

Après plusieurs tours de boîte, le Blob n’ayant pas trouvé de nourriture se rendort. Cela est remarqué par la couleur orangée qui commence à apparaître.

 

Le 15/10 à 9h30 soit après plus de 4 jours de recherche. Ce retour à l’état de sclérote lui permettra de survivre en attendant des conditions plus favorables.

 

4- Résumé de notre expérience du blob avec nourriture :

  1. Par BORTOLUSSI Enzo et KRITTER Maxime

 

Pour cette expérience, nous avons disposé le Blob au centre de la boite de pétri et placé 4 flocons d’avoines aux points cardinaux de la boite (haut, bas, gauche, droite).

 

À la fin de la première journée, on constate que le Blob se réveille et qu’il commence à explorer son environnement dans toutes les directions.

 

Au commencement de la 2ème journée, le Blob a atteint le flocon du bas pour se nourrir. Pour se déplacer, il utilise des pseudopodes.

Après avoir atteint ce flocon, le Blob décide de chercher un autre flocon et semble s’orienter vers celui du haut mais change de trajectoire pour aller vers ceux des extrémités. Il va mettre une journée à atteindre de nouveaux flocons.

 

Le 4ème jour, le Blob atteint le flocon de gauche et il est proche de celui de droite. Avant la fin de la journée, le Blob a trouvé les 4 flocons.

 

Après avoir atteint les 4 flocons, il continue son développement pour trouver de quoi se nourrir. A la fin de l’expérience, on voit que le Blob a créé un réseau en arc à 4 branches pour chercher de la nourriture.

 

 

5- Comparaison de nos résultats avec ceux de Thomas Pesquet

 

Deux blobs ont été étudiés pour chacune des expériences. La surface du blob a été mesurée sur des photos prises toutes les 10 minutes.

Le temps de réveil se situe entre 3h20 et 4h20.

Les blobs en exploration s'étendent beaucoup plus au départ que ceux ayant de la nourriture, mais réduisent brutalement leur surface après 30h d'exploration de leur environnement.

Par contre, les blobs disposant de nourriture "prennent plus" leur temps, mais couvrent finalement une plus grande surface.

Le blob 1 a choisi de dévorer les flocons les uns après les autres, alors que le blob 2, plus glouton, a mangé 3 flocons en même temps.

Finalement les blobs se sont endormis : aux jours 2 et 3 pour les blobs en exploration et 4 et 5 pour les blobs en exploitation (nourriture)

On constate que le blob dans l'espace présente sensiblement le même comportement que sur Terre.

 

6- Impressions des élèves sur le Blob... et suite

Par LEVENT-KRYSZTAL Ilann

 

La totalité des impressions des élèves sont positives, aucun avis négatif n’est à signaler. Nous remarquons cependant que les commentaires laissés par les élèves sont divisés en trois groupes :

 

Les commentaires classiques décrivant l’expérience comme intéressante, divertissante et enrichissante :

 

  • « C’est très passionnant, nous n’avons pas l’habitude de voir ceci ! »,

  • « C’était intéressant mais ce n’est pas très joli à observer... »,

  • « Évolution bizarre mais intéressante »,

  • « Fière d’avoir regardé Bloby se nourrir comme un grand, mon bébé a bien grandi ! ».

 

Ceux à sens humoristique, souvent se basant sur les comparaisons ou la (légère) vulgarisation :

 

  • « Rapide pour de la mousse »,

  • « Pas mal pour une omelette »,

  • « Je croyais que Bob l’éponge était carré »,

  • « Le blob n’a pas de cerveau pourtant il a l’air plus intelligent que nous »,

  • « En vrai il a l’air bon, je peux le manger s’il vous plaît ? ».

Enfin, ceux montrant l’enthousiasme des élèves à rencontrer Thomas Pesquet :

 

  • « Une rencontre avec Thomas Pesquet ? »,

  • « Cool c’était bien mais où est Thomas Pesquet ? »,

  • « Aujourd’hui il fait beau mais où est Thomas Pesquet !? »

                   

 

7- Et maintenant ???

 

Le projet se poursuit : des élèves volontaires ont proposés diverses manipulations pour étudier le comportement du blob.

 

 

 

 

Muriel Cazenobe, professeur de mathématiques au lycée Palissy, a organisé une journée pédagogique pour des élèves de Terminale S, sur un site de recherche et d'innovation: le Laser MégaJoule du CEA.

Le CEA est le commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives. Le site du Laser Méga Joule à côté de Bordeaux effectue des recherches civiles et militaires. Leur travail contribue à la dissuasion nucléaire française et à la recherche sur la fusion nucléaire. C'est une installation majeure du programme Simulation. Il sert à étudier, à toute petite échelle, le comportement des matériaux dans des conditions extrêmes similaires à celles atteintes lors du fonctionnement nucléaire des armes.

 

Un groupe de 28 élèves volontaires du lycée Palissy, a été accueilli sur le site, encadrés par deux enseignants de mathématiques, Isabelle Lemoine et Jean-Christophe Peleszezak, et un professeur de sciences physiques Jean-Michel Laclaverie.

CEA

Les élèves ont rencontré un ingénieur de recherche, qui leur a présenté son métier, son parcours de formation et sa motivation pour les sciences. Il est important pour des élèves de lycée de rencontrer des professionnels de la recherche scientifique pour comprendre ce que fait un ingénieur ou un technicienne, au jour le jour, dans son laboratoire. L'exposé a fait découvrir aux lycéens le fonctionnement d'ensemble de cette remarquable installation de recherche, dont il n'existe qu'un seul équivalent, aux États-Unis.

Une fois passé les contrôles de sécurité, le groupe a pu accéder aux installations du Laser Méga Joule et découvrir 5 des lignes laser. Ces équipements permettent de concentrer une grande quantité d'énergie sur une petite cible, située dans une chambre d'expérience. Ces expériences ont pour but de chercher à maîtriser l'énergie des étoiles, c'est à dire la fusion nucléaire. La matière première est l'hydrogène de l'eau de mer. Le résultat est une énergie électrique nucléaire propre sans déchets à longue vie. Si l'homme arrive à fabriquer des réacteurs à fusion, une partie des problèmes énergétiques de la planète seront résolus. Mais le chemin sera encore long.

A la fin de la visite, les élèves ont pu toucher certains équipements ayant servi dans des lignes laser: lentilles, cristaux, cibles. Ils ont aussi expérimenter en résolvant des énigmes scientifiques en petits groupes. Ils reviennent au lycée, enrichis par une rencontre avec des scientifiques et un site de recherche exceptionnel. Peut être que des vocations de chercheur seront nées ce jour là.

Elon Musk porte le projet d'un train à grande vitesse, un train supersonique. Nous voulons étudier comment les forces électromagnétiques peuvent être utilisées pour propulser un véhicule et réaliser une maquette de véhicule à propulsion magnétique.

Un partenariat existe depuis plusieurs années entre le lycée Palissy et le Florida . Il  permet aux élèves de première, en spécialité sciences physiques, d'aborder la physique du son grâce à des échanges avec des musiciens et des techniciens du son.

La physique et la musique sont deux matières qui peuvent paraître bien différentes, mais qui ont de nombreux points commun. L'acoustique de la salle de spectacle du Florida, par exemple, a été calculée par des physiciens pour permettre le meilleur confort d'écoute possible aux spectateurs.

32 élèves de spécialité physique ont participé au Florida,à un atelier de musique électronique, avec leur professeur, Jean-Michel Laclaverie.  Ils y ont découvert une application inattendue de leur cours d'électricité: avec quelques composants électroniques simples, il est possible de produire des sons. Alors les élèves ont utilisé des "oscillateurs astables", construits avec quelques résistances variables, et ont produit des sons originaux. Le savoir faire des animateurs du Florida leur a permis d'enregistrer des séquences sonores et de réussir la production de quelques mesures de musique électronique originale.

atelier physique et son

L'aventure ne s'arrête pas là. Rendez-vous est pris fin mars pour un nouveau travail avec un technicien du son et la découverte de l'acoustique d'une salle de concert.

Les élèves comprennent mieux la physique quand il la voit appliquée hors du laboratoire du lycée. Ce partenariat s'est installé dans le temps car il est très apprécié par tous les participants. Il contribue a augmenter la motivation des jeunes pour les sciences et leurs applications.

Jean-Michel Laclaverie

Il y a 66 millions d’années une météorite de 10 km de diamètre s’est écrasée sur Terre et a fait disparaître les plus grands êtres vivants que notre planète a porté. S'ils ont disparu, pourquoi pas nous ?

Sous-catégories

Chaque trimestre des élèves de la classe de 1ère S2 publieront un article sur un sujet scientifique en lien plus ou moins direct avec le voyage qu'ils effectueront en mai en Provence. Ce travail sera prolongé par la publication d'articles de presse dans Le Petit Bleu et l'enregistrement d'une émission sur Radio Bulle.

Actualités

25/05/22
Manuels scolaires : message des fédérations de parents d’élèves
Madame, Monsieur, Parents d'élèves, Dans le cadre de la gestion des manuels scolaires, les Fédérations de parents d'élèves PEEP et FCPE ont été...
19/04/22
Organisation de la semaine du 9 au 13 mai 2022 (examens)
Mesdames, messieurs, Vous le savez, les épreuves de spécialités pour les élèves de terminale sont programmées les 11 et 12 mai. Les élèves des...
11/04/22
Voyage de la chorale à Paris en février 2022
Voici un lien qui permet de visualiser les photos de ce voyage:  Voyage à Paris de la...
06/04/22
Ouverture d'une section football mixte - Dossier de candidature
A la rentrée de septembre 2022, le lycée Bernard Palissy  ouvre une section sportive football mixte. Vous trouverez le dossier de candidature complet...
04/04/22
Palissy à la conquête du Blob
Retrouvez, en suivant ce lien, l'article présentant les expériences menées par des élèves de Palissy et leurs professeurs de SVT dans le cadre du projet...
captcha  
Pour toutes les informations supplémentaires n'hésitez pas...
Contactez-nous !